Archive

Xplore Paris 2013


Microsoft Internet Explorer
Utilisateur, reportez-vous aux conseils de bas de page !
Attention: menu principal au-dessus du logo d'en-tête Xplore-Paris !

French Touch

Avant-gouts

Sur les ondes en août

jeudi 29 à minuit dans "Vos désirs sont mes nuits" sur France Inter puis mercredi 4 septembre

Nous avons 63 invités et aucun membre en ligne

Victor

victor

Son atelier:

(Cliquez ici ou faites défiler vers le bas)

gb

 

 

 

 

 

 

Victor Marzouk, Victor Lemaure, Victor Le noir, Victor Trésor est un performer King Franco-arabe. Son travail laisse apparaître la construction du genre et met le spectateur face à ses propres paradoxes dans le processus d'apprentissage des rituels de la féminité et de la masculinité par échecs et répétitions.

Il a performé sur les scènes Queer de Bourges, Paris, New York, Barcelone, Madrid avec notamment Antonia Baehr, Diane Torr et Oreet Ashery. Videaste, animateur d'atelier depuis 2001, il collabore à la culture Drag King avec amour et poésie.

 

 

Drag King

L’atelier Drag King explore à travers la pratique collective (féministe et queer) la construction performative de la masculinité, ses privilèges sociaux et corporels, ainsi que ses ressources pour l’action politique. La masculinité est abordée comme un processus d’apprentissage performatif, comme une choré- graphie politique, ou encore comme une «improvisation dans une scène de contrainte » (Butler).

Les participants apprennent à performer la masculinité et expérimentent l’usage différentiel du corps, l’accès différentiel à l’espace public et à la parole.

Les principaux objectifs de cet exercice sont :

    • d’abord rendre manifeste le caractère construit du genre.
    • Deuxièmement, produire une forme inédite d’action et de visibilité politique pour les femmes qui s’ éloigne des féminismes essentialistes à travers la re-citation subversive des certains codes culturels de la masculinité.
    • Troisièmement, l’atelier Drag king est un espace d’ empowerment collectif et de production de joie poli-tique.  Il s’agit, pour reprendre une expression de Félix Guattari, d’un exercice de «micropolitique cellulaire » qui tente de se re-approprier collectivement les techniques d’inscription performative des codes des genres dans la mémoire corporelle.